Forcer la défausse de l’adversaire

Dans une partie de belote, au moment des derniers plis, il peut arriver qu’un joueur soit obligé de défausser des cartes maitresses, quand une couleur qu’il ne possède pas est jouée.

Pour illustrer nos propos voyons ensemble les mains suivantes :

Nord joue trois tours de Piques, l’As de Carreau, puis trois tours de Cœur. Au 7e pli, Ouest a le choix de défausse entre le 10 de Carreau, ou l’As de Trèfle. Dans notre cas, le 10 de Carreau est la bonne réponse, mais pas évidente à trouver, car il faut deviner que la dernière carte dans la main du preneur est Carreau.

Nous pouvons dire que cette situation est souvent liée au hasard des cartes. Cependant, cette situation peut aussi être crée par le preneur. Dans ce cas le défenseur n’a plus aucune chance, quand le preneur l’asphyxie, jusqu’à l’étouffer.

C’est ce que nous allons voir dans l’exemple suivant

Pour réussir le capot, le camp Nord-Sud doit se débrouiller pour gagner un 8e pli. Pour l’instant, ils ont quatre plis à l’atout, l’As et le 10 de Cœur, et l’As de Trèfle. Il faut donc faire en sorte d’affranchir, soit le 10 de Carreau, soit la Dame de Trèfle. Mais, affranchir ne signifie-t-il pas donner un pli aux adversaires ? En réalité, il existe un autre moyen de procéder. C’est la présence de l’As de Carreau et du 10 de Trèfle dans la même main (en Ouest) qui nous le permet.

Après 5 plis, la situation est la suivante

Que  se passe t’il quand Nord joue le 10 de Pique ?

Ouest va devoir choisir entre l’As de Carreau et le Roi de Trèfle. L’équation devient alors très simple, si Ouest se défait de son As de Carreau, le 10 est affranchi, et s’il défausse le Roi de Trèfle, Nord n’a plus qu’à jouer Trèfle pour son partenaire, et le 10 en Ouest (désormais sans son Roi) ne pourra plus résister, la Dame sera automatiquement affranchie.

Qu'en pensez-vous?